Les instruments de l'orchestre

L’orchestre d’harmonie


Cette formation comprend les bois, les cuivres, les percussions et parfois une ou deux contrebasses à corde ou une guitare basse. L’orchestre d’harmonie trouve sa raison d’être dans le rapport qui existe entre les différents instruments à vent et leur association avec les percussions. Ainsi, dès le début, les musiciens ont l’avantage de côtoyer des instruments de différentes familles. Cette formation exige du directeur musicale une connaissance précise des instruments à vents (tonalité, tessitures, souplesse…) et des percussions (très nombreuses…). Il est fondamental pour obtenir un bon son d’ensemble et un bon équilibre des sonorités de veiller à une bonne répartition des effectifs des bois et des cuivres. Il faut prendre soin d’établir une bonne proportion entre les instruments aigus, intermédiaires et graves.

Présentation des instruments

Piccolo

Aussi appelé "petite flûte", il est le plus petit instrument de la famille des flûtes. Il fait la moitié de la taille de la grande flûte. Le piccolo est le plus aigu des instruments de l'orchestre. Capable de dominer tout un orchestre, sa sonorité perçante, voire stridente a surtout été utilisée par les symphonistes pour éclaircir les tutti d'orchestre. Ainsi, Ludwig van Beethoven l'utilisera notamment dans ses 5ème et 6ème symphonies (L'orage dans la Pastorale). Mais le piccolo a aussi été employé en solo, d'abord par Antonio Vivaldi dans ses concertos, ou, bien plus tard, par Maurice Ravel dans son concerto en sol pour piano et orchestre. Le piccolo tient une place importante dans les orchestres et petites formations militaires, comme dans les harmonies, où sa virtuosité (roulades) et sa sonorité remplacent un instrument traditionnel de la musique populaire et militaire : le fifre.

Chostakovitch : Symphonie n°7 "Leningrad"Anaïs Benoit
Piccolo.jpeg
Flûte.jpeg

Flûte traversière

La flûte traversière est un instrument à vent de la famille des bois. Elle partage avec les instruments de la famille des flûtes, la méthode de production du son : l'air soufflé est mis en vibration par un biseau disposé à l'embouchure. Sa première apparition à l’orchestre date de 1672 dans le ballet « Le triomphe de l’amour » de Lully. A l’origine construite en bois, la flûte en métal, d’une sonorité plus intense et brillante, fait son apparition début 19ème.  Alors qu’on lui a souvent attribué des pouvoirs magiques, par exemple dans l'opéra de Mozart La Flûte Enchantée, la flûte a souvent été utilisée dans les cérémonies religieuses et les rites culturels, mais aussi les réjouissances et le divertissement. De grands flûtistes ont marqué son histoire :     Jean-Pierre Rampal, Roger Bourdin, Emmanuel Pahud, James Galway, Aurèle Nicolet…

Debussy : SyrinxEmmanuel Pahud

Hautbois

Le hautbois est un instrument de musique à vent de la famille des bois, de perce conique et dont le son est créé par la vibration d'une anche double au passage du souffle. Son timbre peut être puissant et sonore ou doux et charmeur, clair ou plein de rondeur et de chaleur. Connu dès l'antiquité, l'instrument a évolué dans l'espace et dans le temps avec une diversité qui n'a d'égale que la créativité des civilisations et cultures dans lesquelles cet instrument est encore utilisé de nos jours. Selon Hector Berlioz : « le hautbois est avant tout un instrument mélodique ; il a un caractère agreste, plein de tendresse, je dirais même de timidité. La candeur, la grâce naïve, la douce joie, ou la douleur d'un être faible, conviennent aux accents du hautbois : il les exprime à merveille dans le cantabile. »

Poulenc : Sonate "Elegie. Paisiblement"François Leleux
Hautbois.JPG
Cor anglais.JPG

Cor anglais

C'est un hautbois en Fa, à la quinte juste inférieure (Alto de la famille). Comme le hautbois d'amour, son pavillon est piriforme (en forme de poire) et son anche double est reliée au corps du haut par un tube conique et courbe appelé « bocal » ; cette structure lui confère un son doux et mélancolique. Antonín Dvořák l'emploie au début du deuxième mouvement de sa symphonie nº 9 dite « du Nouveau Monde » pour chanter le thème du Largo. Maurice Ravel lui confie un chant, en solo ou en dialogue avec le piano et la flûte, dans le mouvement central Adagio assai du Concerto pour piano en sol majeur. Enfin, Joaquín Rodrigo lui confie le solo du début dans le mouvement central Adagio du Concerto d'Aranjuez.

Donizetti : Concertino in G MajorAlessandro Baccini

Basson

Le basson est un instrument de musique à vent de la famille des bois, qui apparaît à la fin du XVIe siècle en Italie sous le nom de fagotto. Le mot « fagot » provient probablement du fait que les « deux morceaux de bois sont liés et fagottés ensemble ». D'une hauteur d'environ 1,30 m, il est formé d'un long tuyau de perce conique de près de 2,50 m de longueur en bois précieux - principalement l'érable ou le palissandre -, replié sur lui-même, que l'instrumentiste, appelé bassoniste, tient sur son côté droit. L'anche double est fixée au bout d'un tube métallique de 30 cm, également conique et en forme de point d'interrogation, appelée bocal. Au XXe siècle il s'émancipe et acquiert un statut d'instrument soliste au sein de l'orchestre avec L'Apprenti sorcier de Paul Dukas et le mystique solo du Sacre du printemps de Stravinsky.

Kalliwoda : Morceau de SalonRie Koyama
Basson.jpeg
petite clarinette.png

Petite clarinette

 

 

À l'exception des percussions, la clarinette est l'instrument qui possède la plus grande famille. Son timbre est très caractéristique, un peu criard. Les compositeurs ayant introduit cet instrument à l’orchestre cherchent à créer une image grotesque ou parodique. L’exemple le plus évident est le mouvement final de la Symphonie fantastique d’Hector Berlioz. Le compositeur y confie à la petite clarinette le « thème de la bien-aimée » moqueusement défiguré. La petite clarinette est introduite dans toutes les symphonies de Gustav Mahler afin d’amplifier les sons aigus de l’orchestre et les solos sont souvent accompagnés sur la partition d'indications telles que « Mit Humor » (« avec humour »), « Mit Parodie » (« sur le ton de la parodie ») ou encore « Keck » (« avec audace »), etc

Stravinsky : Three Pieces for ClarinetFatima Boix

Clarinette

La clarinette est un instrument de musique à vent de la famille des bois caractérisé par son anche simple et sa perce quasi cylindrique. Elle a été créée vers 1690 par Johann Christoph Denner (1655-1707) à Nuremberg sur la base d'un instrument à anche simple plus ancien : le « chalumeau ». La clarinette soprano (en si♭) est le modèle le plus commun. La perce cylindrique de la clarinette la distingue du hautbois et du saxophone, tous deux à perce conique, et lui confère une aptitude au quintoiement. Son timbre chaud dans le registre grave, peut s'avérer extrêmement brillant voire perçant dans l'aigu. Cet instrument est utilisé dans la musique classique et traditionnelle ainsi qu'en jazz et en musique contemporaine. Parmi les compositions célèbres pour clarinette, on peut citer le Concerto pour clarinette de Mozart.

Stravinsky : Three Pieces for ClarinetAlessandro Carbonare
Clarinette.jpg
clar basse.jpg

Clarinette basse

La clarinette basse est une clarinette sonnant exactement à l'octave inférieure de la clarinette en si♭. Elle possède les mêmes caractéristiques de registre que la clarinette en si♭ :
    o    le chalumeau (grave), timbré, chaud et fluide
    o     le second registre (medium), un peu sourd
    o     le clairon (aigu), registre très chantant
    o     le dernier registre (suraigu), assez criard et angoissé.
Les premiers instruments ressemblant à la clarinette basse sont apparus à la fin du XVIIIe siècle Mais c’est Adolphe Sax qui a construit les bases de l’instrument moderne dans les années 1830 et a déposé un brevet en Belgique en 1838. Depuis lors, l'instrument a été constamment amélioré par les facteurs d'instruments à vent. Au XXe siècle, les inventions les plus remarquables proviennent du facteur Georges Leblanc installé à Paris.

 

Saint-Saëns : Transcription sonate pour bassonVincent Penot

Saxophone soprano

Il sonne une octave au-dessus du saxophone ténor et est souvent confondu avec la clarinette, à cause de sa forme droite et de la similitude du timbre des deux instruments dans les aigus. Cependant la différence essentielle entre un soprano droit et une clarinette est que le corps du soprano est conique (et non pas cylindrique). Dans le répertoire classique, le soprano est devenu l'un des saxophones fétiches des compositeurs contemporains : Les minimalistes y ont souvent recours : Gradus de Philip Glass, Reed Phase de Steve Reich, The Green Ray de Gavin Bryars, Soprano Saxophone Concerto de Michael Torke. Dans le monde du Jazz, des saxophonistes ont jalonné et profondément marqué son histoire : Sidney Bechet, Steve Lacy, John Coltrane, Wayne Shorter, Dave Liebman, Jan Garbarek…

Piazzolla : OblivionJeff Siegfried
Sax-sop.jpeg
Sax-alto.jpeg

Saxophone alto

Le saxophone est un instrument de musique à vent appartenant à la famille des bois. Il a été inventé par le Belge Adolphe Sax et breveté à Paris le 21 mars 1846. Entre 1857 et 1870, Adolphe Sax fut nommé professeur au Collège Militaire rattaché au CNSMD de Paris. Il y formera des dizaines d'instrumentistes de talent, qui essaimeront au sein des diverses musiques de l'armée. Il fallut attendre 1942, la réouverture de la classe de sax au CNSM par Marcel Mule pour connaître à nouveau la reconnaissance des milieux officiels français. S'ensuivit une période de déclin qui aurait pu être fatale si le relais n'avait pas été pris en Amérique du Nord par les musiciens de jazz qui apprivoisèrent peu à peu le nouvel instrument jusqu'à ce qu'il devienne l'icône emblématique de leur musique que nous connaissons de nos jours.

GreensleevesPaul Desmond

Saxophone ténor

Le saxophone ténor est membre du registre medium de la famille des saxophones. Ses dimensions sont d’environ 79 cm de haut et de 1,40 m déroulé. C'est l'instrument qui est considéré comme l'emblème du jazz. Alors que l'alto domine largement le répertoire « classique », le ténor s'affirme plus nettement dans le domaine savant contemporain, le jazz et la musique populaire du XXe siècle. Bénéficiant de l'engouement du public, il détrône peu à peu la clarinette dans les ensembles avant d'égaler, puis de supplanter la trompette dans le jeu soliste. Devenu l'instrument roi du jazz des années 1950, le saxophone ténor demeure, jusqu'à nos jours, l'un des principaux emblèmes du Jazz. Parmi les joueurs de saxophone ténor connus, on signalera Coleman Hawkins, Ben Webster, Lester Young, Stan Getz, Sonny Rollins, John Coltrane, Wayne Shorter, Dexter Gordon, Michael Brecker…

Body & SoulColeman Hawkins
Sax-tenor.jpeg
Sax-bar.jpeg

Saxophone baryton

Comme les autres saxophones, le saxophone baryton est un instrument transpositeur. Il sonne une octave en dessous du saxophone alto, en mi♭. Le saxophone baryton est utilisé en musique classique dans le quatuor de saxophones, dont il est un des membres, avec le saxophone soprano, le saxophone alto et le saxophone ténor. Il est aussi très utilisé dans les orchestres d'harmonie et les big bands. Bien que quelques musiciens classiques se soient spécialisés dans le baryton - Jacques Baguet, ou bien Serge Bertocchi -, ce sont surtout les musiciens de jazz qui se sont approprié et ont développé le jeu du saxophone baryton. De Harry Carney, saxophoniste de l’orchestre de Duke Ellington à Gerry Mulligan, Serge Chaloff et Pepper Adams, tous de remarquables solistes.

Moanin'Mingus

Trompette

La trompette est un instrument de musique à vent de la famille des cuivres clairs. Elle est fabriquée dans un tube de 1,50 m de long comme le cornet. Le métal utilisé pour fabriquer la trompette est le laiton (en moyenne 70 % de la trompette est fabriquée avec du laiton). La grande invention du XIXe siècle pour la trompette est le piston, inventé en 1815. C’est un des deux grands évènements de l’histoire de la trompette avec l’admission de la trompette dans la musique de concert vers 1600. Le système de pistons avait tous les avantages des systèmes antérieurs de « chromatisation » sans aucun des inconvénients. La trompette à pistons — plus communément appelée trompette en si bémol — est la plus utilisée aujourd’hui dans la plupart des pays et dans les orchestres d’harmonie. D’illustres trompettistes ont marqué l’histoire de cet instrument, en Classique : Jean-Baptiste Arban, Maurice André, Eric Aubier, Sergueï Nakariakov… comme en Jazz : Louis Armstrong, Clifford Brown, Miles Davis, Chet Baker, Wynton Marsalis…

Concerto de ArutiunianSerguei Nakariakov
Trompette.png
Bugle.png

Bugle

Le bugle (en allemand « Flügelhorn » et par extension « flugelhorn » en anglais) est un instrument de musique de la famille des cuivres, plus exactement des saxhorns mis au point par Adolphe Sax au XIXe siècle. Le modèle courant est celui en si♭. Il a théoriquement le même registre que la trompette en si♭ et les mêmes doigtés. Sa perce conique, caractéristique des saxhorns, rend l'accès au registre aigu plus délicat, et le classe dans les « cuivres doux ». Cette conicité lui donne une réponse rapide et surtout un son très doux et très « rond ». On retrouve cet instrument dans les brass-bands et les orchestres d’harmonies où il est utilisé pour ses qualités sonores dans le grave et le médium. On le trouve dans le solo de bugle de Threni d'Igor Stravinsky, dans la 9e symphonie de Vaughan Williams et dans Les Pins de Rome et Les Fêtes romaines de Respighi. Quelques jazzmen l’utilisent comme instrument soliste : Art Farmer, Paolo Fresu, Tom Harrell, Clark Terry, Woody Shaw…

What a wonderful worldMatt Burke

Cor

Le cor d'harmonie est un instrument à vent de la famille des cuivres. C'est la version moderne du cor à pistons inventé au XIXe siècle sur la base du cor naturel. Il est caractérisé par son embouchure, sa perce conique qui lui confère un son doux et riche en harmoniques, son large pavillon et un ensemble de palettes permettant à l'exécutant de modifier instantanément la longueur, et donc l'accord, de l'instrument. L'embouchure du cor est de petite taille et de forme intérieure conique, différente de celles de la trompette et du trombone qui sont hémisphériques et plus larges. Cette forme conique se retrouve tout le long du tube (entre 2.80 et 3.60 m ) jusqu'au niveau du pavillon. Cette perce donne de la douceur au son, contrairement à la perce cylindrique des cuivres comme la trompette, qui produit un son plus brillant. Le Livre Guinness des records 2007 a classé le cor d'harmonie parmi les deux instruments de musique les plus difficiles à jouer (l'autre étant le hautbois).

Strauss : Concerto No 1Marie-Luise Neunecker
cor d'harmonie.png
Trombone.jpg

Trombone

​​

Le trombone est un instrument de la famille des cuivres clairs. Le terme désigne implicitement le trombone à coulisse caractérisé par l'utilisation d'une coulisse télescopique, mais il existe également des modèles de trombone à pistons. Le trombone à coulisse est l'un des rares instruments à vent dont la maîtrise ne nécessite pas l'utilisation individuelle des doigts ! Les origines lointaines du trombone se trouvent probablement dans le buccin, sorte de tuba joué par les romains, dont il existait une variante en forme de « S » rappelant celle du trombone actuel. À partir du XVIIe siècle le nom italien de trombone fut progressivement utilisé pour désigner l’instrument. L'origine du mot vient de tromba qui signifie trompette et de one, un suffixe qui signifie grand. Ainsi, au sens littéral, un trombone est une grande trompette. Le tromboniste compositeur et improvisateur Vinko Globokar est un virtuose reconnu qui a notamment créé et enregistré la Sequenza V pour trombone solo de Luciano Berio.

Defay : Deux dansesMichel Becquet

Euphonium / saxhorn

Un euphonium, ou tuba ténor, est un instrument de musique de la famille des cuivres à perce conique. Le serpent, apparu au XVIIIe siècle, est considéré comme l'ancêtre de l'euphonium. Profitant de l'invention du piston, Adolphe Sax met au point la famille des saxhorns, allant du soprano à la basse, les ancêtres directs des instruments d'aujourd'hui. L'euphonium est parfois confondu avec le baryton (une forme de saxhorn). Or ce dernier possède un son bien plus clair dû à une perce plus étroite. La tessiture de l'euphonium est plus large que celle du baryton, ce qui explique que les partitions pour baryton soient exclusivement écrites en clef de sol. Les euphonistes célèbres sont les père et fils Childs et Steven Mead en Grande-Bretagne, Brian Bowman aux États-Unis. La France connait l'essor d'une jeune génération talentueuse initiée par Ivan Milhiet au tournant de ce siècle.

Cosma : ConcertoBastien Baumet
Euphonium.jpg
Tuba.jpg

Tuba

Le tuba est un instrument de musique appartenant à la famille des cuivres. Le mot « tuba » provient du latin et désignait à l'époque romaine une grande trompette incurvée (tuba curva) utilisée dans un contexte militaire. L'invention du tuba découle de celle du piston, qui révolutionna la facture des instruments de la famille des cuivres au premier tiers du XIXe siècle. Le tuba est l'instrument le plus grave de la famille des cuivres, dont la tessiture varie en fonction de la longueur du tube. La sonorité varie en fonction de la géométrie globale, et notamment de la proportion de tube conique ou cylindrique par rapport à la longueur totale. Dans la pratique, les perces sont souvent intermédiaires entre deux type d’instrument, de sorte que la distinction est souvent difficile à faire entre barytons, contrebasses et (contre)tubas mais aussi entre euphonium et saxhorn basse…

Marcello : Sonate pour violoncelle en Fa MajeurDavid Zerkel

Xylophone / Marimba / Glockenspiel

Le xylophone est un instrument de musique constitué de lames qu'on frappe avec des petits maillets. Son nom, un néologisme du XIXe siècle, agglomère les racines grecques xylo : bois et phon : son. À l'origine, les lames étaient toujours en bois. Le xylophone est un instrument ancien, dont la présence est attestée au IXe siècle, en Asie du Sud-Est. Il est présent au XIVe siècle, en Afrique de l'Ouest et en Indonésie. Le marimba est un xylophone africain à résonateurs qui s'est répandu dans certains pays de l'Amérique latine. Le mot marimba est d'origine bantoue ; les xylophones européens et hypothétiquement des instruments précolombiens ont pu avoir contribué à la formation de l'instrument latino-américain actuel, développé au Mexique et au Guatemala à la fin du XIXe siècle. Les lames du marimba peuvent s'étendre sur 5 octaves. Des résonateurs tubulaires augmentent la durée du son et renforcent les partiels harmoniques, le rapprochant ainsi des instruments à cordes européens, tout en gardant sa sonorité distinctive et son caractère d'instrument de percussion. Parmi les méthodes de prise en mains des baguettes, il y a la tenue traditionnelle « Cross » (littéralement croisée), les grips « Stevens » et « Burton » (du nom de leurs inventeurs) et bien d'autres manières de tenir 4 baguettes. Enfin, Le glockenspiel est un instrument de musique à percussion composé de lames de métal mises en vibration à l'aide de baguettes. En allemand, glockenspiel signifie carillon « jeu de cloches » — cet instrument étant à l'origine composé de clochettes. Il fut sans doute inventé en 1763 par le carillonneur Pierre-Joseph Leblan.

Katamiya pour Marimba soloEmmanuel Sejourne
Xylophone.jpg
Timbales.jpg

Timbales

​​

Les timbales sont des instruments à percussion constitués d'un fût en cuivre couvert d'une peau. L'instrumentiste en joue en frappant la peau avec des baguettes spéciales. La principale caractéristique des timbales est la possibilité de les accorder afin d'obtenir des hauteurs déterminées à l'aide d'une pédale qui fait varier la tension de la peau et donc la hauteur de note. Chaque timbale est d'un diamètre différent permettant d'obtenir un plus large registre : le timbalier peut ainsi changer de note rapidement en jouant d'une timbale à l'autre, et préparer les futures notes en réglant les pédales. Pour cela, le timbalier modifie la position de la pédale indiquée par une aiguille, laquelle est placée dans un petit cadran avec des repères pour chaque note écrite en lettres, selon le système anglo-saxon. Ainsi, le timbalier peut utiliser ce cadran pendant le réglage pour visualiser la note de sa timbale. Initialement conçues comme des tambours militaires (utilisées notamment dans les armées turques), les timbales sont devenues un instrument de base de l'orchestre classique au XVIIe siècle.

Carter : Moto PerpetuoTsangarakis Gerassismos

Batterie jazz

La batterie a vu le jour au début du XXe siècle (1906). Les principaux éléments qui la composent (grosse caisse, caisse claire, cymbales…) existaient déjà au sein des orchestres classiques et des fanfares militaires. Son origine profonde est pluriculturelle et ancienne : la caisse claire (vers 1850) et la grosse caisse (XVIIe siècle) sont d'origine européenne. Les cymbales sont issues d'Orient ; Les toms trouvent leurs racines dans les percussions amérindiennes et africaines. Enfin, le charleston fut inventé dans les années 1920 par des batteurs de Jazz. Avec l'évolution du style de La Nouvelle-Orléans, le jeu de batterie s'est beaucoup enrichi, notamment dans la période bop et hard bop (1945-1969) grâce à des batteurs comme Roy Haynes, Elvin Jones, Max Roach, Kenny Clarke ou Art Blakey. Les Américains ont toujours été au-devant de cet instrument jazzistique : Elvin Jones, Philly Joe Jones, Roy Haynes, Buddy Rich, Steve Gadd, Dave Weckl, Al Foster, Billy Cobham, Dennis Chambers, Tony Williams, Jack DeJohnette, Jeff « Tain » Watts, Bill Stewart...

Ellington : CaravanJo Jones
batterie Jazz.png

Association loi 1901 n° W783002860 - SIRET : 403 322 852 00043 - GRAND PARIS SEINE & OISE ORCHESTRA
Président de l'association : M. Frédéric CADIC
Siège social : 155, rue de la Liberte - 78200 Mantes-la-Jolie

© GRAND PARIS SEINE & OISE ORCHESTRA - 2020
Sauf autorisation formelle écrite et préalable, la reproduction ainsi que toute utilisation des œuvres autres que la consultation individuelle et privée est interdite.

Pour toutes suggestions, informations, réactions concernant ce site, écrivez à : gpsorchestra78@gmail.com. ​

Crédits photo : Michèle Belletti / Malik Chaïb / Alain Lecam

Webmaster : Aude Fillon